Le Journal des Décideurs

3ème rencontre entre la Direction Nationale de la BCEAO pour le Bénin et l’APBEF : Le projet d’interopérabilité des services financiers numériques présenté

0 284

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La troisième rencontre de concertation entre la Direction Nationale de la BCEAO pour le Bénin et l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (APBEF) du Bénin au titre de l’année 2022, s’est tenue ce mercredi 21 septembre 2022 dans les locaux de l’Agence Principale de la BCEAO à Cotonou. A cette occasion, les récentes évolutions de l’activité économique dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et les enjeux du projet d’interopérabilité des services financiers numériques été présentés aux participants. Un point de presse a été animé à l’issue de cette réunion, par le Directeur National et le Président de l’APBEF.

Abdul Wahab ADO

Face aux professionnels des médias, le Directeur National pour le Bénin de la BCEAO, Emmanuel ASSILAMEHOO a expliqué que « cette troisième réunion au titre de l’année 2022, s’inscrit dans le cadre des échanges périodiques entre nos deux institutions. Elle intervient dans un contexte particulier, marqué par la persistance des tensions inflationnistes ainsi que par les risques entourant les prévisions de croissance ». Le DN de la BCEAO pour le Bénin a abordé avec les journalistes « les conséquences de l’enlisement du conflit armé entre la Russie et l’Ukraine et les difficultés liées à l’approvisionnement en carburant, gaz et électricité et en certains produits vivriers comme le blé, qui en ont découlé, ont exacerbé les tensions inflationnistes dans le monde et constituent un risque de récession économique pour de nombreux pays. Au sein de l’UEMOA, le taux d’inflation est ressorti, en glissement annuel, à 7,5% à fin juin 2022 ».

Le Directeur National pour le Bénin de la BCEAO a indiqué que dans un tel contexte, « il est important que le système bancaire soit solide et accompagne les agents économiques, notamment le maillon qui représente la part la plus importante du tissu industriel dans les pays de l’Union, à savoir les PME/PMI. Cet appui passe par la mise en place de conditions de financement adéquats auprès du système financier et principalement bancaire.

Dans le but d’identifier les leviers d’actions pouvant contribuer à atteindre cet objectif dans l’Union et au Bénin en particulier, l’assise de ce jour a été l’occasion d’analyser l’évolution désagrégée des taux d’intérêt débiteurs appliqués aux crédits accordés à la clientèle des banques au Bénin, selon l’objet et le type de bénéficiaires ».

Les enjeux du «projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UMOA

Assisté par le Président de l’APBEF, Lazare NOULEKOU, le DN de la BCEAO pour le Bénin a présenté les enjeux du « projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UMOA». Ce projet, explique-t-il, « consiste à mettre en place une infrastructure de paiement permettant les échanges de « compte à compte » quels que soient le type de compte (bancaire, non bancaire), l’instrument, le service et les canaux de paiement utilisés, et incluant toutes les institutions financières. A travers cette communication faite par la Banque Centrale, les Directeurs Généraux ont pu s’approprier les différentes implications de cette réforme, dont le déploiement est envisagé dès 2023, au sein de leurs établissements respectifs. Ce projet majeur vise à atteindre les objectifs ci-après : contribuer à l’inclusion financière et à l’utilisation massive des services financiers numériques ; faire participer toutes les institutions financières au système de paiement régional ; réduire les coûts des transactions pour les clients ;  améliorer les flux financiers entre agents économiques ;  diversifier l’offre de services de paiements instantanés ».

La troisième rencontre de concertation entre la Direction Nationale de la BCEAO pour le Bénin a permis de sensibiliser  les Directeurs Généraux sur la Circulaire n°003-2020/CB/C relative aux conditions et modalités d’application du régime de résolution des crises bancaires dans l’UMOA. Cet exposé a permis de sensibiliser les Directeurs Généraux de banque sur l’articulation de ce dispositif et les dispositions à prendre par les banques.

L’objet du relèvement des taux directeurs de la BCEAO

Le dernier point abordé est que les Directeurs Généraux ont été informés des motivations à la base des dernières décisions du Comité de Politique Monétaire, prises à l’issue de sa session ordinaire tenue le 14 septembre 2022 à Dakar au Siège de la BCEAO. En particulier, le Comité a noté que la persistance de la déviation de l’inflation par rapport à sa zone cible, comprise entre 1% et 3%, fait peser des risques sur l’ancrage des anticipations d’inflation dans l’Union et pourrait entraîner des effets de second tour. Il a donc décidé de relever de 25 points de base les taux directeurs de la BCEAO (à la suite d’une première hausse équivalente, intervenue en juin 2022), afin de favoriser le retour progressif de l’inflation dans la zone cible. Ainsi, le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidité est passé de 2,25% à 2,50% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal est porté de 4,25% à 4,50% à compter du 16 septembre 2022. Il faut préciser que le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union reste inchangé à 3,0%. Il convient de faire observer qu’en dépit de ces augmentations, les taux directeurs de la BCEAO, en vigueur dans l’Union, demeurent assez accommodants et ressortent les plus faibles observés en Afrique. L’objectif de cette orientation de la politique monétaire est avant tout, de ramener l’évolution des prix dans les normes communautaires à travers un léger coup de frein à certaines composantes de la demande globale. Elle vise également à donner un signal pour une meilleure articulation de la politique monétaire et des politiques budgétaires. Par ailleurs, la rencontre a été  l’occasion pour la Banque Centrale, de recevoir des préoccupations spécifiques de la profession bancaire et des contraintes auxquelles font face les acteurs financiers au Bénin. Les questions des journalistes suivies des réponses du DN de la BCEAO et du  Président de l’APBEF sont venues mettre un terme au point de presse.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Leave A Reply

Your email address will not be published.