Le Journal des Décideurs

Visite de Nancy Pelosi en Taïwan : La Chine invite les USA à respecter l’engagement des « cinq non »

0 415

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Entre la Chine et les Etats-Unis, le mercure monte. Dans un élan de défense territoriale, l’empire du milieu condamne la visite en Taïwan de Nancy Pelosi, Présidente de Chambre des représentants des États-Unis, en dépit des multiples mises en garde des autorités de Pékin. Lire la déclaration de la partie chinoise, en date du 02 août 2022.

Déclaration du Ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine

Le 2 août, la Présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, au mépris de la vive opposition et des représentations solennelles de la Chine, s’est rendue dans la région de Taïwan de la Chine. Cela a violé gravement le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, impacté gravement le fondement politique des relations sino-américaines, violé gravement la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, saboté gravement la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et envoyé un grave signal erroné aux forces sécessionnistes visant l’« indépendance de Taiwan ». La Chine y exprime sa ferme opposition et sa condamnation sévère. Elle a fait des représentations solennelles et adressé sa forte protestation auprès des États-Unis.

Il n’existe qu’une seule Chine dans le monde, Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois et le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant toute la Chine. Cela est explicitement consacré par la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies en 1971. Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949, 181 pays ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur la base du principe d’une seule Chine. Le principe d’une seule Chine est un consensus universel de la communauté internationale et une norme fondamentale régissant les relations internationales.

En 1979, les États-Unis ont, dans le Communiqué conjoint sino-américain sur l’établissement des relations diplomatiques, confirmé clairement l’engagement : « Les États-Unis d’Amérique reconnaissent le gouvernement de la République populaire de Chine comme l’unique gouvernement légal de la Chine. Dans ce contexte, le peuple des États-Unis maintiendra des relations culturelles, commerciales et d’autres relations non officielles avec la population de Taïwan ». Le Congrès américain est une partie du gouvernement des États-Unis, et il doit naturellement observer scrupuleusement la politique d’une seule Chine du gouvernement américain et s’abstenir de tout échange officiel avec la région de Taïwan de la Chine. La Chine s’oppose depuis toujours à ce que les membres du Congrès américain se rendent en visite à Taïwan. L’exécutif des États-Unis a la responsabilité d’empêcher ces visites. La Présidente Nancy Pelosi est une dirigeante en exercice du Congrès américain. Sa visite à Taïwan et toute activité qu’elle y mène, sous quelque forme et pour quelque raison que ce soit, constituent une provocation politique majeure pour rehausser les échanges officiels entre les États-Unis et Taïwan. La Chine ne l’accepte jamais. Le peuple chinois le rejette absolument.

La question de Taïwan est la question la plus importante, la plus centrale et la plus sensible dans les relations sino-américaines. Actuellement, le détroit de Taïwan fait face à une nouvelle vague de tensions et à des défis sérieux. La cause fondamentale est que les autorités de Taïwan et les États-Unis ne cessent de chercher à changer le statu quo. Les autorités de Taïwan s’obstinent à rechercher l’« indépendance de Taïwan » en s’appuyant sur les États-Unis, refusent de reconnaître le Consensus de 1992, se livrent sans scrupule à la « désinisation » et cherchent à promouvoir une « indépendance progressive de Taïwan ». Les États-Unis, de leur côté, cherchent à contenir la Chine en utilisant Taïwan. Ils ne cessent de dénaturer, d’obscurcir et de vider le principe d’une seule Chine, multiplient les échanges officiels avec Taiwan, et soutiennent et encouragent les activités sécessionnistes visant l’« indépendance de Taïwan ». Ce sont des actes incendiaires extrêmement dangereux. Ceux qui jouent avec le feu finiront par se brûler.

La position du gouvernement et du peuple chinois sur la question de Taïwan est constante. Défendre résolument la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays est une volonté ferme des plus de 1,4 milliard de Chinois. Réaliser la réunification complète de la patrie est l’aspiration commune et une responsabilité sacrée de toutes les Chinoises et de tous les Chinois. La volonté du peuple est inviolable, et la tendance générale est irrésistible. Aucun pays, aucune force ni aucun individu ne doit mal estimer la détermination résolue, la ferme volonté et la forte capacité du gouvernement et du peuple chinois pour défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays, et réaliser la réunification de la patrie et le renouveau de la nation. En réponse à la visite de la Présidente de la Chambre des représentants américaine, la Chine prendra absolument toutes les mesures nécessaires pour défendre fermement la souveraineté et l’intégrité territoriale. Toutes les conséquences qui en découlent doivent absolument être assumées par la partie américaine et les forces sécessionnistes visant l’« indépendance de Taïwan ».

Pour la Chine et les États-Unis qui sont deux grands pays, la bonne voie de se traiter l’un l’autre ne peut qu’être le respect mutuel, la coexistence pacifique, la non-confrontation et la coopération gagnant-gagnant. La question de Taïwan relève purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun autre pays n’a le droit de se poser en arbitre sur cette question. La Chine exhorte solennellement les États-Unis à cesser de jouer la « carte de Taïwan » et de contenir la Chine en utilisant Taïwan, à cesser d’intervenir dans les affaires de Taïwan et de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, à cesser de soutenir et d’enhardir sous quelque forme que ce soit les forces sécessionnistes visant l’« indépendance de Taïwan », à cesser de parler d’une façon et agir d’une autre sur la question de Taïwan, et à cesser de dénaturer, d’obscurcir et de vider le principe d’une seule Chine. Les États-Unis doivent observer scrupuleusement par des actions concrètes le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, honorer effectivement l’engagement de « cinq non » fait par leurs dirigeants (à savoir, les États-Unis ne cherchent pas à faire une nouvelle guerre froide avec la Chine ni à changer le système de la Chine, la revitalisation de leurs alliances n’est pas anti-Chine, ils ne soutiennent pas l’« indépendance de Taiwan » et ne recherchent pas le conflit avec la Chine), et s’abstenir d’aller encore plus loin sur la voie erronée et dangereuse.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Leave A Reply

Your email address will not be published.