Le Journal des Décideurs

Fermeture des frontières du Nigéria : Difficile de s’approvisionner en essence au Bénin

0 278

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La fermeture de la frontière entre le
Bénin et le Nigeria est à l’origine d’un regain d’activité au niveau des
contrebandiers de l’essence de l’atacora. Un tel mouvement peut accroitre les
échanges économiques, au niveau de la région.

TAMPOUNHOURO T. J. Blaise

La fermeture
des frontières est un autre casse tête pour les contrebandiers, ceux là qui se
livrent à la commercialisation de l’essence de contrebande, communément appelé
 » Kpayo » dans l’atacora. Ils redoublent d’efforts et de techniques
pour pouvoir s’approvisionner en essence de contrebande, déclare Gbadamassi P,
acteur de la filière de l’essence de contrebande, rencontré à Natitingou. Selon
lui, pour   survenir  à  leurs  besoins  et
 ne  trouvant  pas  d’emploi  plusieurs  acteurs
 se lancent dans des activités informelles qui ne sont pas régies par la
loi. C’est le cas ici de la vente de l’essence frelatée, a-t-il souligné. En effet,
le secteur de l’essence de contrebande prend de plus en plus d’ampleur à
Natitingou, car, il fait vivre beaucoup de ménages, a-t-il fait savoir. Mais,
au vue des dégâts que le kpayo  crée et soucieux du bien-être de  la
population et du développement du Bénin,  depuis  des  années
 le  gouvernement  béninois  ne  cesse  de
 mettre  en  place  des stratégies  pour
 interdire  ce  commerce  du  territoire
 béninois, a t il conclut. Dans le même ordre d’idée, il a été constaté
que les différentes mesures prises pour interdire cette activité ont échouées,
se désole un vendeur d’essence rencontré à Boriyouré dans le deuxième
arrondissement de la ville de Natitingou.   C’est ce qui a amené les
observateurs avertis à se poser la question de savoir: Quelles sont les goulots
d’étranglement qui  empêchent  la  mise  en œuvre  des
 reformes  de  l’Etat?  Et  si  l’Etat
 arrivait  à  interdire  ce commerce, quels
 seront  les  impacts  sur  la  population
 et  le  taux  de  chômage  au  Bénin? Si
dans la commune de Malanville, c’est le fleuve Niger qui traverse le village
d’Iloua, situé à environ 300 mètres de la frontière entre le Bénin et le
Nigéria, qui sert de passage aux contrebandiers, ailleurs, trouver de l’essence
frelaté est un véritable casse tête. Selon les témoignages, même des véhicules
quittent le Togo pour aller se ravitailler dans la commune de Malanville. Avec
la décision de ce mercredi 06 novembre 2019 de la douane nigériane, interdisant
l’approvisionnement des stations-services, situées à 20 kilomètres des zones
frontalières, la situation se complique davantage pour les grossistes de cette
activité dans l’atacora, précise un agent du service des douanes sous anonymat.
Les autorités d’Abuja ont donné des instructions pour qu’ « aucun produit
pétrolier, quelle que soit la taille de la citerne, ne puisse être déchargé au
cours d’une opération de remplissage dans un rayon de 20 kilomètres jusqu’à la
frontière ». Une décision qui pourrait impacter le secteur de la vente de
l’essence frelatée, étant donné que la plupart des vendeurs vont
s’approvisionner dans les stations-services qui viennent d’être mises sous
embargo. Dans de telles conditions, certains n’hésitent plus à voir déjà, la
mort progressive du  » Kpayo » au Bénin. Malgré tous ces goulots
d’étranglements, les contrebandiers s’en sortent toujours et continuent
d’approvisionner leur clientèle sur toute l’étendue du territoire national en
général, et dans l’atacora en particulier.

Nécessité de revoir le système
d’approvisionnement de l’essence au Bénin

Ce mercredi 13 novembre
2019, le gouvernement du Président Patrice Talon a pris une décision qui
pourrait certainement faire l’objet de toutes les attentions dans les jours à
venir: la Nomination en Conseil des ministres de  Monsieur Comlanvi Alain
HONOU, Administrateur provisoire de la Société nationale de Commercialisation
des Produits pétroliers (SONACOP).  » Si cette nouvelle équipe dirigeante
peut contribuer à changer le système d’approvisionnement de l’essence dans tout
le pays, ce serait déjà un grand pas de franchi pour le pays » affirme un
enseignant.  » Au vue des décisions prises par le Nigéria ces derniers
temps, l’on peut aisément comprendre qu’il y aura encore des jours sombres dans
ce bras de fer Bénin-Nigéria, au niveau des frontières » a précisé un autre
enseignant.  » Il est temps que le Bénin prenne ses dispositions pour
commencer à ne plus dépendre de l’essence de contrebande du Nigéria »
précise un autre enseignant, visiblement déçu des décisions radicales du coté
Nigérian. Espérons que cette nouvelle équipe puisse travailler à ce qu’il y ait
les stations essence partout dans les 77 communes y compris les villages et hameaux
du pays.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Leave A Reply

Your email address will not be published.